Pourquoi j’ai allaité la nuit

Je jumelle ici deux préoccupations que j’ai eu lors des premiers mois de mon fils. En l’occurrence, l’allaitement (et ce qui vient avec) et le co-dodo (ou, si vous préférez, tout un tas de conseils non souhaités mais tout de même administrés sur ces sujets).

Une jolie camisole que j’aurais bien aimé faire porter à qui vous savez… (source de l’image: Facebook)

Mais quel type de conseils m’a-t-on asséné, au juste? Des histoires de positions d’allaitement (2-3 infirmières qui se contredisaient allègrement), de nombre de boires, de quantités à absorber, de trucs pour que bébé « fasse ses nuits », que sais-je? Je ne raconterai pas à nouveau mes déboires avec le tire-lait, ça ne serait qu’ajouter du sel sur la plaie…

Ma sage-femme avait quelques principes simples. Boire à volonté (1). Alterner les seins. Autrement dit, il m’a fallu développer un exhibitionnisme des seins, parce que j’ai allaité à peu près partout (sauf dans des salles d’allaitement! (2)), et n’importe quand.

À volonté, ça inclut aussi la nuit. Et là, j’entends déjà les cris épouvantés en arrière: « Ce n’est pas normal que bébé boive encore la nuit après X mois. » (Vous remarquerez que j’ai évité exprès de mettre un nombre de mois…) Bon. Il semblerait que l’allaitement nocturne ne soit pas souhaitable après un certain temps. Oui, mais posez la question à votre médecin/infirmière/belle-maman: selon quelles études? Et surtout, pourquoi?

Ah oui, les nuits sont écourtées. (C’est une raison pour la maman, ça, qu’est-ce qu’un pédiatre à y voir là-dedans?) À cela, je réponds: co-dodo. Pas besoin de se lever la nuit pour allaiter: le petit est déjà sur place (et si vous faites comme moi, vous dormirez les seins nus, ce qui permet au bébé précoce de se servir lui-même au besoin). Et, en passant, il fait des phases de sommeil plus longues avec quelqu’un que s’il dort en solitaire (3).

En fait, ce qui m’étonne le moins aujourd’hui, alors que je rédige cet article, c’est qu’il y a un lien entre le co-dodo et l’allaitement en général (tant dans le choix fait d’allaiter exclusivement l’enfant que dans la durée totale de l’allaitement). Il faudrait même faire la promotion du co-dodo pour inciter à l’allaitement maternel (cododo.free)!

Pourtant, il existe encore plusieurs obstacles à la promotion de l’allaitement maternel, compte tenu de ce lien avec l’allaitement nocturne (et donc un rapprochement de la mère avec l’enfant) (informations tirées de cododo.free):

  1. C’est le partage « accidentel » du lit avec maman (alors qu’elle s’est endormie en allaitant sans que cela soit prévu, donc sans précautions spéciales) qui est vraiment dangereux (et non un co-dodo habituel). Tant et aussi longtemps que le co-dodo ne sera pas présenté comme une possibilité tout-à-fait légitime et relativement bénigne (à condition de prendre quelques mesures préventives simples), il s’agit du seul risque sérieux.
  2. Les professionnels de la santé ne sont pas informés ou n’informent pas adéquatement les femmes allaitantes des mesures de sécurité requises pour le co-dodo.
  3. Les campagnes d’incitation à l’allaitement ne parlent pas de son pendant nocturne, ni, d’ailleurs, de plusieurs conseils pratiques nécessaires à son accomplissement.
Voici un exemple d’une publicité de l’Agence de santé et des services sociaux de Montréal de l’automne 2012 pour encourager l’allaitement maternel. On y met en vedette une comédienne connue au Québec, Mahée Paiement (ancienne mannequin). Cette image a été décriée pour son manque de réalisme (en talons hauts et robe de gala, disons que c’est une tenue pour le moins inhabituel à la femme qui allaite). On a tenté de miser sur le côté glamour, mais on risque aussi de montrer un idéal impossible à atteindre pour la femme « normale » (critique et image tirées de l’article « Allaiter n’est pas glamour » de Rima Elkouri).

Donc, je vous recopie ici le tableau des facteurs de risque et de prévention dans la première année du bébé (seule la première ligne a été paraphrasée) de cododo.free qui tient compte de la mort subite du nourrisson (MSN), des dangers d’asphyxie (notamment en l’écrasant) et d’autres accidents liés au dodo:

Risques Comment prévenir
Matelas mal ajusté au lit, matelas mou, lit inadapté (trop haut, délabré, …)
Dispositif de couchage non adapté aux bébés: fauteuils, canapés, …
Matelas ferme aux dimensions du lit ou posé sur le sol (si besoin utilisation d’une barrière parfaitement adaptée au lit pour éviter les chutes)
Accessoires de literie dangereux: coussins mous, couettes à proximité du bébé, matières plastiques… Pas d’accessoire de literie sur le bébé (un pyjama suffit)
Pièce trop chauffée, mauvaise aération Chauffage de la pièce à 18°C maximum en hiver
Bébé posé sur le ventre ou sur le côté Bébé posé sur le dos
Tabagisme des parents
En cas de partage du lit, prise de somnifère, d’alcool, de stupéfiants par les parents ; parents très malades ou très fatigués, réflexes diminués ; obésité importante
En cas de partage du lit, hygiène de vie sans drogue. Sinon le bébé dort à côté du lit des parents dans son propre dispositif de couchage (également en cas de maladie, d’obésité)
Allaitement maternel
Bébé dans la chambre des parents la première année

La dernière ligne du tableau montre carrément que 2 des moyens de prévention contre la mort subite du nourrisson et l’asphyxie sont l’allaitement et la proximité physique (dans la même pièce au minimum) du bébé avec ses parents!

En passant, si vous avez à faire augmenter la fréquence des tétées (par exemple pour faire prendre du poids à un bébé trop petit), le co-dodo serait une excellente mesure. L’ayant testé moi-même (pour un bébé prématuré de 5 livres et 2 onces = 2,32 kg à la naissance), je peux vous confirmer le caractère tout sauf léger de mon fils aujourd’hui!

Mise à jour: 13 janvier 2013 pour une erreur dans la conversion du poids de livres à kilos.

(1) Au fait, saviez-vous que les femmes !Kung allaitent environ 4 fois par heure (pendant 1 ou 2 minutes), et presque aussi souvent la nuit (Leche League)? Elles sont vraiment les modèles de mère!

(2) Et pourquoi pas dans les salles prévues à cet effet? Parce que ça ne m’intéressait pas de me faire ostraciser parce que mon bébé avait faim! Non mais pourquoi aurais-je dû/eu à me cacher pour nourrir mon bébé?

(3) À ce propos, il faudra qu’on m’explique un jour en quoi un bébé de quelques mois prouve son « autonomie » à dormir seul…

3 réflexions au sujet de « Pourquoi j’ai allaité la nuit »

  1. juste pour signaler une coquille :
    « pour un bébé prématuré de 5 livres et 2 onces = 232 g à la naissance »
    plutôt 2kg 300g

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>